Version imprimableSend by email

Current Size: 100%

L'église

La première église

Il n’existe pas de document attestant de sa date de construction, mais le clocher (et sa tour), principal vestige du passé lointain, qui s’élève encore au milieu de la place dite de la Tour, ainsi qu’un crucifix de l’église actuelle, tous deux du XIVème autorisent à avancer une date comprise entre les XIIème et XIVème siècles. On sait pour sûr qu’une chapelle dédiée à Sainte-Catherine fut adjointe à l’édifice par Jehan II Le Tort en 1454.(Commandeur de la Commanderie des Templiers d’Ar-ville, près de Mondoubleau, qui fit édifier le château de Courtanvaux à cette période).

Les travaux de construction de la deuxième église, entreprise au XVIIème sur l’emplacement de la précédente montrèrent que cette dernière devait être de dimensions importantes puisqu’on y remarquait des arcades cintrées, supportées par de fortes colonnes rondes, engagées dans des murs latéraux, montrant qu’il avait existé un bas-côté.

 

La deuxième église

Construite au XVIème siècle elle eut la particularité d’être séparée de son clocher et de la tour de ce dernier. Elle fut consacrée le 10 octobre 1529 par Jean Ronsard, curé de la Paroisse et dont rien n’indique qu’il ait eu un quelconque lien familial avec le poète (1524-1585). A l’extérieur elle avait, à l’Ouest un portail de style Renaissance et son fameux clocher à dôme posé sur une tour carrée séparée du corps de bâtiment principal.

A l’intérieur, à gauche du chœur, se trouvait la chapelle de Sainte Catherine construite en 1454 par Jehan II Le Tort. C’est en cet endroit que fut inhumé Gilles de Souvré en 1626, dans le mausolée familial qui fut détruit par la Révolution pour récupérer le plomb des cercueils de son père et le sien. A droite du chœur, se trouvait celle de La Croix qui fut élevée en 1821, par les Montesquiou.

Le clocher abritait trois cloches dont deux furent fondues à la Révolution ; la troisième, appelée Michel Auguste, se brisa en 1758 et fut refondue sous le nom de Marie Jehanne : c’est toujours elle qui sonne. Cette église sera détruite à partir du 10 février 1895, après que sa remplaçante, donc la troisième, eut été achevée en août 1894.